ISRAËL, HIER ENCORE TERRE INFERTILE ET ARIDE, AUJOURD’HUI NATION START-UP

 

Discours prononcé par l’Ambassadeur d’Israël à Paris lors de la réception donnée le 13 mai 2014 à Paris, pour célébrer le 66eme anniversaire de l’Indépendance de l’Etat d’Israël.

Israël,

hier encore terre infertile et aride, aujourd’hui jardin florissant.

Hier encore désert hostile aujourd’hui terre féconde.

Hier encore terre ingrate dépourvue de richesses,  aujourd’hui nation start-up.

Hier encore pays précaire aujourd’hui plaque-tournante économique performante.

Il y a 66 ans seulement, naissait l’Etat d’Israël, dans les affres de la douleur mais aussi dans l’espérance d’une vie meilleure.

Nous sommes fiers aujourd’hui d’avoir su édifier une vraie démocratie, petite par la taille mais grande par le rayonnement,  basée sur le pluralisme, la liberté, et la justice.

Que de chemin parcouru en à peine 66 ans, que de sueur versée, que de défis relevés, que d’ingéniosité, pour faire de ce pays une oasis de verdure et de modernité, de ce désert, un jardin- modèle, un laboratoire d’innovations et de progrès, une pépinière de cerveaux,

un réservoir d’inventions et de technologies, un vivier de prouesses scientifiques et médicales, pour le bienfait de l’humanité toute entière.

Que de larmes et de sang, que de sacrifices  pour  faire vivre et survivre ce pays et en faire  un havre de démocratie au milieu d’un  Moyen-Orient hostile, un ilot de stabilité au milieu d’un océan de tourmentes.

On parle de miracle historique ? Pas seulement, outre la main de Dieu, le travail de l’homme, son intelligence, sa créativité, sa détermination, ont grandement contribué à la construction laborieuse de ce pays phare, dans lequel vivent à ce jour , côte à côte, plus de 8 millions d’âmes venant d’horizons multiples, véritable mosaïque confessionnelle, tous unis par la même langue  ressuscitée et modernisée, et épris du même idéal de paix.

Israël, ou désormais attractivité rime avec vitalité, dynamisme avec modernisme, et humanité avec solidarité.

Oui car au-delà de toute cette réussite, ce dont Israël peut être fier, c’est de sa main tendue à ceux qui souffrent et aux déshérités et ce, sans distinction de race, de nationalité ou de religion, que ce soit en soignant dans ses hôpitaux, blessés ou malades, en portant secours aux victimes de catastrophes, ou en offrant son savoir-faire aux pays émergeants.

Aujourd’hui nous célébrons aussi le 65èmeanniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et Israël.

Nous n’oublierons jamais le rôle pionnier de la France, et son vote, déjà en  1947, en faveur de la création d’un Etat Juif, ni le fait qu’elle fut l’un des premiers Etats à accueillir le tout jeune Israël au sein de la communauté des Nations et à établir avec lui des relations diplomatiques.

Nous n’oublierons jamais le soutien de la France et sa précieuse contribution à la défense d’Israël alors que venant à peine de voir le jour, l’Etat était déjà sous le feu des attaques des pays voisins.

Nous n’oublierons jamais le ralliement de la France pour défendre le droit d’Israël à vivre en paix et en sécurité.

Nous nous félicitons aujourd’hui de la force de nos relations; en effet, nous avons réussi à tisser, au fil des années, des liens solides, basés sur la confiance et le respect mutuel, et nous avons su approfondir notre coopération et nos échanges dans de nombreux domaines.

Le point d’orgue de l’excellence actuelle de ces relations, étant la visite historique du Président de la République française en Israël en novembre 2013, venue consacrer la qualité des liens existant entre nos deux pays.

Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, vous nous honorez aujourd’hui de votre présence.

Nous attendons avec impatience vos visites respectives dans notre beau pays.

L’attachement du gouvernement français à Israël que l’on sait fort, nous va droit au cœur.

A l’heure où Israël, cible d’un déchaînement de haine, traverse une forte zone de turbulences, votre soutien, maintes fois exprimé, et en paroles, et en actes, nous est d’un grand réconfort. Et pour cela nous vous disons tout simplement merci du fond du cœur.

Monsieur le Premier ministre, vous déclariez, en mars 2014 "sans les Juifs de France, la France ne serait plus la France". Nous savons que nous pouvons compter sur votre gouvernement et sur vous-même pour les protéger face à la résurgence de la vague de haine dont ils sont victimes, et pour combattre l’antisionisme, cet antisémitisme qui vise à nier Israël.

Nous savons combien la paix au Moyen-Orient est chère à la France, mais elle l’est plus encore à nous-mêmes;

Cette paix nous la chérissons, nous l’espérons de tout notre être, nous l’invoquons dans  toutes nos prières !

Puissent nos rêves de paix être enfin exaucés !

Puissent nos rêves de paix devenir réalité !

Vive la France,

Vive l’Etat d’Israël,

 

Vive l’amitié franco-israélienne.

Israël condamne la colonisation Française, obstacle sérieux à la solution de deux États.

Par Jean Vercors

 

Lorsque la France cessera de s’ingérer dans des affaires qui ne la concerne pas, lorsque celle-ci se permet de favoriser, de financer le terrorisme au sein de l’Etat d’Israël..

en réponse à l’éditorial du consulat francais de Jerusalem qui passe son temps a condamner ISRAEL et favoriser les terroristes


ISRAEL condamne la publication par le gouvernement  Français d’appels d’offres  en vue de la construction de 7200 nouveaux logements dans les colonies françaises appelés département d’outre-mer

De la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, Mayotte et La Réunion et principalement dans les zones de non droit à forte population Arabo musulmane.

Nous demandons à la ministre du Logement(EELV), Cécile Duflot de revoir sa décision du 19/10/12 qui est illégale au regard du droit international.

Israël est particulièrement inquiet de l’impact de ces projets sur la contiguïté territoriale d’un futur État ISLAMIQUE. Elle demande par conséquent au gouvernement  Français de revenir sur cette décision provocatrice et illégale.

Israël rappelle que la poursuite des constructions des quartiers pour les français de souche va à l’encontre de l’intégration des populations extra-européennes et cela a un impact  très négatif sur la confiance entre les parties, car elle alimente les tensions sur le terrain et constitue un obstacle à la paix.

ISRAEL condamne fermement l’approbation donnée le 19 décembre 2012 par les autorités Françaises au projet de colonisation islamique des Banlieues de Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lille et Metz.

Cette décision illégale est d’autant plus grave qu’elle revient à créer des nouvelles colonies qui, une fois construites, isolera les quartiers Français du reste des grandes villes.

Elle compromet ainsi la viabilité de la solution des deux Etats, Paris étant appelée à devenir la capitale tant de la France et de l’état Islamique – Paristan -de France «  FRANCARABIA »

La relance sans précédent des projets de colonisation est une provocation qui sape davantage la confiance nécessaire à la reprise des négociations et nous conduit à nous interroger sur l’engagement de la France en faveur de la solution des deux Etats.

Face à ces développements négatifs, Israël et ses partenaires européens s’exprimeront prochainement au Conseil de Sécurité des Nations unies et continueront  à suivre de près les développements en matière de colonisation et agira en conséquence.

Copyright © Israël Flash 

L'Etat d'Israël en tant qu'état juif: fondements


Droit à l'auto-détermination du peuple juif


Le concept d'"état juif" désigne l'aspiration nationale du peuple juif à l'auto-détermination sur le territoire de son état. Il s'agit là d'un droit attribué à tout peuple par le droit international en matière de droits de l'homme.

Il y a un large consensus suivant lequel  s'appliquent aux juifs la définition de "peuple" suivant l'ensemble des critères définis par le droit international. Le droit à l'auto-détermination est inscrit dans les conventions internationales et tout d'abord dans l'article 1 de la Convention sur les Droits Civils et Politiques et la Convention sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels, auxquels sont signataires la plupart des pays. En outre, il s'agit d'un droit qui de nos jours a valeur coutumière.

Il est important de noter que l'état d' Israël n'introduit pas d'éléments religieux dans la définition de son caractère juif mais crée un espace public dans lequel  le groupe majoritaire juif peut exprimer son identité collective, par exemple par le biais de la célébration de fêtes juives, d'événements culturels ou en donnant priorité à l'immigration juive.  Le terme "état juif" a pour but d'exprimer une notion de nation et non pas de religion.

Pour exemple, bien qu'Israël ait instauré le samedi comme jour de repos hebdomadaire conformément à la coutume et à la religion juive, chaque citoyen israélien est en droit de demander à son employeur- et celui-ci à le devoir de répondre favorablement à sa requête- qu'un autre jour de repos hebdomadaire lui soit accordé, en remplacement du samedi, selon  son appartenance religieuse. A titre d'exemple, dans un pays comme la France, l'Allemagne, les Etats Unis et de très nombreux autres pays,  les fêtes nationales continuent d'être fêtées les jours correspondants au calendrier des commémorations catholiques, et le dimanche a été décrété jours hebdomadaire de repos, comme il est commun dans la coutume et la religion chrétienne, ce malgré une routine démocratique et laïque profondément ancrée. 


Le droit des juifs a l'auto-détermination a reçu une reconnaissance internationale durant ces derniers siècles


Le droit des juifs à l'auto-détermination a été reconnu  par la communauté internationale dès le 18eme siècle. En 1799 Napoleon voyait dans les juifs les héritiers légitimes de la Palestine, ayant droit d'y ériger un état. Le second président des Etats-Unis d'Amérique, John Adams, déclarait son désir de voir le peuple juif établissant un état souverain en Judée.

Abraham Lincoln déclarait que le retour du peuple juif dans son foyer national en Palestine était  un rêve noble partagé par de nombreux américains.

En 1917, la déclaration Balfour  fut une première reconnaissance du rêve sioniste de la part d'une grande puissance. Cette reconnaissance fût également encouragée par l'Italie, la France et les Etats-Unis. La déclaration Balfour fût à l'origine de la formation d'une majorité juive en Israel, donnant au peuple juif le droit à l'auto-détermination et à une reconnaissance internationale de ce droit. Le 24 juillet 1922, le mandat britannique est approuvé par la Ligue des Nations qui convenait de ce qui suit:

"Considérant qu'il est ainsi reconnu une connexion historique du peuple juif avec la Palestine et pour ces motifs le droit de reconstituer leur foyer national dans ce pays".


Ainsi, cette aspiration à la création d'un état juif,  est passée d'une politique à une obligation de droit international. Ce principe s'accompagne d'une connaissance internationale jusqu'à aujourd'hui et fût exprimé de nouveau par le président Barak Obama dernièrement, dans son discours du 19 mai 2011.


En résumé,  bien qu'il semble qu'aujourd'hui  la reconnaissance de l'état d'Israël en tant qu'état juif par les palestiniens constitue une pierre d'achoppement entre les parties, on peut voir que dans le passé les palestiniens n'ont pas toujours exprimé cette même opposition. Dans la déclaration d'indépendance palestinienne de 1988, Yasser Arafat se référait, entre autre, à la résolution des Nations Unies 181 (plan de partition) dans laquelle il est stipulé que la Palestine sera partagée en deux états, l'un juif, l'autre arabe.


La tradition juive a depuis des siècles adhéré au principe d'un état juif souverain sur la terre d'Israël et cette aspiration a engendré la création du mouvement sioniste il y a près de 200 ans.


Le peuple juif a depuis toujours aspiré à la création d'un état souverain et indépendant sur la terre d'Israël. La vision selon laquelle le peuple juif pourrait affirmer son identité nationale de façon absolue fût un principe fondamental du peuple juif tout au long de ses années de persécutions et de diaspora.


L'aspiration à la création d'un état juif en Israel, qui a été encouragée par les innombrables pogroms et les persécutions dont le peuple juif fût victime, est né essentiellement de la foi selon laquelle le peuple juif pourrait exister de façon pleine et entière uniquement dans le cadre d'un état juif indépendant.


Le philosophe Jean Jacques Rousseau décrivait déjà en 1762:

"ll me semble que nous ne parviendront jamais à comprendre ce que les Juifs disent jusqu'à ce qu'ils aient un Etat libre, des écoles et des universités dans lesquelles ils seront capables de s'exprimer librement et sans danger. Seulement alors ce moment nous serons en mesure de savoir ce qu'ils ont à dire".


Il y a de très nombreux pays se définissent selon une religion en particulier


Il ne faut pas voir dans l'exemple israélien le seul exemple d'état nation basé sur une religion.

La ligue arabe est une organisation regroupant 22 états arabes (dont la Palestine considérée par cette organisation comme un état). Le principal dénominateur commun  de ces pays en tant que "pays arabes" est la langue arabe parlée par leurs concitoyens, et de la même façon, il existe deux pays dont le nom indique leur appartenance nationale: l'Arabie Saoudite, et les Emirats Arabes Unis.

Même si l'appartenance à la nation arabe ne coïncide pas dans tous les cas avec la religion musulmane, on peut noter que dans 17 pays de la ligue arabe, sur 22 pays, vivent plus de 90% de musulmans. Il existe 4 pays dont le nom exprime l'identité nationale religieuse: la République Islamique d'Afghanistan, la République Islamique d'Iran, la République Islamique du Pakistan et la République Islamique de Mauritanie.  D'autre part, les constitutions de la Jordanie, de l'Egypte, de la Malaisie, du Sultanat d'Oman, du Koweït et de pays de majorité musulmane, indiquent que l'Islam est la religion officielle de leur pays.

Ce phénomène n'existe pas uniquement dans les pays arabes. Les constitutions du Danemark et de la Norvège indiquent que la chrétienté évangélique luthérienne est la religion officielle de ces pays. En Grande Bretagne, la reine est "garante de la foi chrétienne anglicane".

Israël n'est donc absolument pas le seul exemple d'état nation basé sur une religion.


Le droit des minorités dans l'état juif


Bien que la population d'Israel soit à majorité juive, le pays a depuis toujours de fortes valeurs démocratiques coïncidant avec les valeurs juives.

Dans la Déclaration d'Indépendance de l'état d'Israël il est écrit:

"Dans l'Etat d'Israël existera une égalité de droits politiques et sociaux pour tous les citoyens, sans condition de religion, d'origine ou de sexe".

La cour suprême d' Israël a donné une interprétation très large du principe d'égalité,  faisant de ce principe- le respect de l'individu et sa liberté- un fondement de la loi.

Le Président de la cour suprême, Aaron Barak avait à l'époque rendu une décision ferme dans la fameuse  "décision Kadan":

"Le véritable test quand au principe d'égalité se vérifie dans le rapport avec les minorités: religieuses, nationales ou autres. Si le principe d'égalité envers les minorités n'est pas appliqué, il n'y a pas de démocratie, même envers la majorité".


La reconnaissance de l'Etat d'Israël en tant qu'état juif revêt une importance particulière en particulier au regard des tentatives de déni du lien historique entre le peuple juif et la terre d'Israël


Nous sommes témoins de nombreuses tentatives de la part de dirigeants arabes et palestiniens en particulier, d'ignorer qu'il existe un lien historique entre le peuple juif et la terre d'Israël. Pour exemple, la publication du ministère de l'information palestinien en novembre 2010 dans laquelle il était soutenu que le mur des lamentations, haut lieu du judaïsme, dernier souvenir du temple de Jérusalem, est en fait une partie de la mosquée Al Aqsa et que le peuple juif ne devrait donc lui conférer aucun attachement.

De la même façon, est mise en cause la légitimité du droit du peuple juif à un état juif en tant qu'expression de son droit naturel à l'auto-détermination.


La reconnaissance de l'état d'Israël en tant qu'état juif constitue une garantie pour la paix régionale


Alors que des éléments extrémistes dans la région, notamment l'Iran et le Hezbollah, appellent à la destruction d'Israël, Israël est confortée dans sa volonté d'obtenir, dans tout agreement conclu avec les palestiniens, une reconnaissance de son droit fondamental à exister en tant qu'état juif.

Il revient donc à la communauté internationale de reconnaître l'état juif en tant que tel et d'encourager la reconnaissance de cet état juif parallèlement à la reconnaissance du droit des palestiniens à l'autodétermination suivant le principe encouragé par Israël de "deux nations  pour deux peuples".


Posted by yaron gamburg at 6:26 AM

Labels: Etat Juif, Israël

Israël -Jérusalem : le Waqf tente de déjudaïser le Mont du Temple par

Gerard Fredj


Les autorités musulmanes qui gèrent le Mont du Temple ont jeté des tonnes de terre et des pierres en provenance du site dans une décharge, en violation d'une injonction de la Cour Supreme d'Israël. En 2004, la Cour avait interdit toute évacuation de terre ou de pierres du site, sans qu'elles ne soient examinées par l'Autorité israélienne des Antiquités, imposant même un mois de déali afin que les archéologues puissent prendre le temps d'examiner les objets éventuellement retrouvés. Le Waqf, l'Autorité religieuse musulmane qui administre les mosquées mais aussi le Mont du Temple situé sous ces mosquées, ont jeté ces dernières années des tonnées de terre qu'ils ont rejeté dans des zones de la vallée à l'est des murailles de la veille ville de Jérusalem, provoquant la colère des archéologues. Selon Tzachi Dvira, le chef archéologue qui dirige l'équipe qui fouille les sols extraits du Mont du Temple, " des quantités impressionnantes de terre contenant probablement des vestiges historiques ont été jetés sans qu''ils ne puissent être examinés". Même si la police semble avoir été avertie, Dvira affirme que personne du service des Antiquités n'était ni averti, ni présent. Le Waqf aurait utilisé une vieillie autorisation l'autorisant à rejeter des surplus de terre concernant les travaux de rénovation de la mosquée Al-Aqsa et du Dome du roc. Pour Tzachi Dvira, ce genre d'opérations menées par le Waqf s'est accru ces dernières années; il pointe "l'incapacité de qui que ce soit à stoppter le Waqf", ce qui jette de sérieux doutes sur le rôle des services publics et du gouvernement dans cette affaire. A plusieurs reprises, des monceaux de sols ont été "récupérés" de la vallée du Kidron, révélant des dizaines de milliers de vestiges archéologiques, dont des sceaux ou pièces de l'époque du Premier Temple, d'anciennes pièces d'or, mais aussi des éléments datant de la présence de l'ordre des Templiers, qui stationnaient les chevaux dans les écuries du roi Salomon. L'attitude du Waqf est une constante : bloquant toute fouille archéologique dans la vieille ville ou sur le site du Mont du Temple pour éviter toute découverte rappelant le lien des juifs avec Jérusalem, qu'il s'agisse de l'époque du premier ou du second Temple. La passivité du gouvernement, alerté par l'Autorité des Antiquités à plusieurs reprises, reste étonnante.


Allocution du Premier ministre israélien Netanyahu sur la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU


La décision de l’ONU ne changera rien sur le terrain. Elle ne fera pas avancer la création d’un Etat palestinien. Au contraire, elle va l’éloigner. Notre main est tendue vers la paix, mais il n’y aura pas de véritable établissement d’un Etat palestinien tant que les Palestiniens ne reconnaîtront Israël comme Etat du peuple juif. L’Etat palestinien ne sera pas établi tant que les Palestiniens ne seront pas prêts à mettre fin au conflit avec Israël une fois pour toutes et sans la conclusion d’arrangements sécuritaires viables, qui protégeraient l’Etat d’Israël et ses citoyens. 

Il n’y a rien de tout cela dans la résolution présentée à l’Assemblée générale de l’ONU.  Pas de déclarations sur la reconnaissance d’Israël en tant qu’état du peuple juif. Pas de déclarations sur la fin du conflit. Aucune mesure de sécurité pour Israël. Aucun de ces intérêts vitaux, aucun d’entre eux, n’apparaissent dans la résolution qui est présentée à l’Assemblée générale aujourd’hui.  Voici quelques-unes des raisons pourquoi nous rejetons cette résolution. Nous voulons la paix mais la seule façon de parvenir à la paix est par  des négociations directes entre les deux parties, sans conditions préalables et non pas par une déclaration unilatérale de l’ONU, qui ne tient aucun compte des intérêts vitaux d’Israël.

La paix ne sera atteinte que par des accords acceptés à Jérusalem et Ramallah et non par des déclarations irréalistes de l’ONU.  Je suggère de ne pas être impressionné par les applaudissements à l’ONU.  Je me souviens des applaudissements qu’Israël a reçu de la communauté internationale lorsque le gouvernement israélien s’est désengagé de la bande de Gaza. Nous avons été applaudis et nous avons reçu des roquettes. Israël est sorti de Gaza et l’Iran est entré à Gaza. C’est  exactement la même chose qui s’est produite quand nous sommes partis du Liban. Nous avons été applaudis, Israël est sorti et l’Iran est entré. En tant que Premier ministre d’Israël, je ne permettrai pas une nouvelle fois que la terreur iranienne s’implante au cœur d’Israël,  en Judée et Samarie, à un kilomètre d’ici, au centre de Jérusalem. 

Peu importe combien de mains se lèvent contre nous, aucun pouvoir au monde ne peut me contraindre à faire des concessions sur la sécurité d’Israël. Aucun pouvoir dans le monde ne peut rompre le lien de milliers d’années entre le peuple d’Israël et la Terre d’Israël.

Ambassade d’Israël en France

   URGENT

INCROYABLE    A REVOIR

Alyaexpress-News - Les dernières nouvelles en Israel

Ce n’est pas une blague | Israël accusé par le média palestinien d’avoir incité un singe de Gaza à se suicider (dim., 20 août 2017)
>> Lire la suite

Le « faux PDG » franco-israélien Gilbert Chikli a été arrêté en Ukraine (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

« BDS Catalogne » affirme que l’Europe est responsable de l’attentat à Barcelone (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

🔴 Gare de Nîmes : un suspect a été arrêté apres l’évacuation de la gare (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

Une fille de 12 ans sauvée par Tsahal apres être rentré sur un champs de mines dans le sud d’Israël (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

Tentative d’attaque au carrefour Tapouah : Un soldat de la police frontalière légèrement blessé par des éclats de balle (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

J’ai parlé à la propriétaire de l’hôtel suisse «antisémite». C’est plus compliqué que vous ne le pensez… (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

Après l’attaque terroriste, le rabbin en chef de Barcelone dit à sa communauté :  » Quittez l’Espagne, acheter des biens en Israël. Cet endroit est perdu, tout comme l’Europe » (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

Antisémitisme à Noisy le Grand | Leur maison est taguée « Vive Daesh, Nique les juives…Vous êtes mort.. »après leur départ de vacances (sam., 19 août 2017)
>> Lire la suite

La « créativité pour la haine » des Palestiniens – Par Khaled Abu Toameh (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite