Un arrêt de la Cour de cassation fait de la France l’un des rares pays à interdire les actions du mouvement pro-palestinien BDS.

 

B.D.S peut méditer cette maxime  « Si l’on vit assez longtemps, on voit que toute victoire se change un jour en défaite » Simone de BEAUVOIR ( Tous les hommes sont mortels, Gallimard, 1946).

Après avoir bousculé le monde libre par ses «opérations commando illégales» sous prétexte de Liberté d’expression et donné l’illusion d’une éphémère victoire, le temps de la Justice, plus long que celui des prises d’otages, a rétabli l’ordre républicain et a transformé en défaite cette illusion de victoire !

En effet, il n’y a plus aucun doute possible : l’appel à boycotter des produits israéliens est aujourd’hui  proclamé totalement illégal en France. Et, de ce fait, il est et sera sévèrement puni. Deux arrêts de la Cour de cassation en date du 20 octobre, passés inaperçus en dehors des réseaux militants et des juristes spécialisés, font de la France l’un des rares pays au monde où l’appel au boycott par un mouvement associatif ou citoyen pour critiquer la politique d’un État tiers est définitivement interdit.

Depuis   d’autres pays, comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les États-Unis ont suivi le mouvement et ont décidé, eux-aussi, de condamner B.D.S

Concrètement, la Cour de cassation a confirmé la condamnation par la cour d’appel de Colmar de 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et chacun à une amende de 1 000 euros avec sursis. Il leur est reproché d’avoir, le 26 septembre  2009 pour les uns et le 22 mai  2010 pour les autres, participé à une manifestation dans un magasin Carrefour à Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin), «  appelant au boycott des produits en provenance d’Israël  ». Ils portaient des tee-shirts avec le slogan «  Palestine vivra, boycott Israël  » et distribuaient des tracts aux clients sur lesquels était écrit   : «  Acheter les produits importés d’Israël, c’est légitimer les crimes à Gaza, c’est approuver la politique menée par le gouvernement israélien.  »

Et cela, bien qu’il n’a été relevé aucune dégradation, aucune entrave au fonctionnement du magasin (qui n’a pas porté plainte) ni aucun propos antisémite. Le mouvement BDS  a déployé, avec le soutien total de l’autorité palestinienne,  sa stratégie dans de nombreux pays (Grande-Bretagne, États-Unis, Belgique, Allemagne, etc.) au moyen d’appels aux boycotts commerciaux, universitaires ou culturels sous prétexte de faire pression sur Israël, de fait pour délégitimer Israël et souvent sous connotation antisémite.

Pour la haute juridiction française, cela est néanmoins constitutif du délit de «   provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée  » (article 24 alinéa 8 de la loi sur la presse).

Seuls les embargos sont légaux

La campagne BDS lancée par des militants pro-palestiniens en 2005 à travers le monde fait l’objet depuis 2009 de poursuites systématiques dans l’Hexagone par le B.N.V.C.A.

Suite à de nombreux entretiens avec le B.N.V.C.A, une circulaire aux procureurs datant de février 2010 – Michèle Alliot-Marie était alors ministre de la justice – visait spécifiquement les «  appels au boycott de produits israéliens  » et recommandait aux parquets d’apporter «  une réponse ferme  ».

Mais les tribunaux et cours d’appel ont hésité et divergé, entre annulations de poursuites, relaxes au nom de la «  liberté d’expression  » et condamnations au titre de la «  provocation à la discrimination  ». Le B.N.V.C.A n’a pas cédé et  a poursuivi systématiquement tous les appels au boycott, y compris quand ceux-ci émanaient de personnalités de premier plan ( Stépahne Hessel,…)

Désormais, le B.N.V.C.A voit les fruits de son action et peut légitimement apprécier l’interprétation de la Cour de cassation qui s’impose à tous: seuls les boycotts décidés par l’État, à savoir les embargos, sont légaux s’ils sont la conséquence d’une nécessité de sécurité intérieure ou d’application de décisions du Conseil de Sécurité à l’O.N.U.

Antoine Comte, l’avocat de BDS, s’est offusqué :«  C’est une grande régression  », et se dit « déterminé à porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme  ». Il compte invoquer l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme sur la liberté d’expression. La Cour de Strasbourg ne devrait pas trancher avant deux ou trois ans.

La France est de moins en moins isolée sur cette voie

Glenn Greenwald, le journaliste américain connu pour avoir publié les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance des Etats-Unis, a vertement réagi sur son site (The Intercept) à la décision du 20 octobre. Il raille la «  France, autoproclamé pays de la liberté, qui fait de vous un criminel  » pour être allé dans un supermarché vêtu d’un tee-shirt appelant à boycotter d’Israël. Cependant, aux États-Unis, tant  l’État fédéral  que  de nombreux États ont décidé d’interdire fermement le boycott. Et ont été suivis par la Grande-Bretagne, l’Allemagne,…

Par cet arrêt, la Cour de cassation «  se contente ici d’appliquer la loi  ». Si la France est en avance dans cette voie, «  c’est que beaucoup de pays n’ont pas de lois aussi poussées en matière de lutte contre les discriminations ».  Un des problèmes majeurs pour B.D.S est que derrière ses propos il n’y a pas que la volonté de critiquer un État ou de défendre une cause mais souvent de l’antisémitisme.Certaines actions du BDS ont souvent donné lieu à des déclarations antisémites.

«  Liberté de choix  »

Dans leur arrêt, les juges constatent que cet appel au boycott discrimine «  à raison de l’origine et de l’appartenance nationale des producteurs et des distributeurs israéliens  ». Ils concluent que la liberté d’expression peut être soumise à « des restrictions ou sanctions qui constituent (…) des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la défense de l’ordre et à la protection des droits d’autrui  ».

Le Président, le Gouvernement, la Mairie de Paris et de nombreuses municipalités en France ont fermement condamné les pratiques de B.D.S. Et, conforté par la décision de la Cour de Cassation, l’exécution disperse et interdit toute manifestation d’appel au boycott par B.D.S.

Nous ne pouvons qu’être satisfait par la fermeté du gouvernement face à B.D.S et à ses agissements illégaux.

Dans quelques jours, nous vous adresserons un historique des actions de B.D.S et de l’action continue du B.N.V.C.A contre ce mouvement depuis 2009 ainsi qu’une perspective pour les années à venir !

 

(sur la base d’un article paru dans Le Monde du 6 Novembre 2015 Par Jean-Baptiste Jacquin)

 

 

Plantu à Jérusalem:

Si seulement nous comprenions mieux Israël”


Lors d’une interview à l’occasion de la 27ème Foire internationale du Livre qui s’est tenue à Jérusalem il y a quelques jours, Jean Plantureux, alias Plantu, l’un des plus célèbres dessinateurs de presse et caricaturistes français, a déclaré que si les Français comprenaient Israël, ils comprendraient mieux leur société.

Israël et vous ?

Expliquant son attirance pour le Moyen-Orient, Plantu a confié : « Tout tourne autour du Moyen-Orient et d’Israël, tout commence avec vous,  Israël est en quelque sorte le miroir du monde.  Il renferme toutes les tensions qui s’expriment dans le monde et c’est le genre de phénomène qu’il est important pour moi de comprendre. Il est important pour moi de m’exprimer, comme ça l’était pour mes amis de Charlie Hebdo. Les caricatures ne sont pas de la moquerie, il s’agit simplement de notre façon d’exprimer ce que nous ressentons au sujet de la société qui nous entoure ».


L’antisémitisme

Il poursuit : « Cela m’attriste de voir autant d’antisémitisme, que les Juifs sont toujours massacrés simplement parce qu’ils sont Juifs. L’antisémitisme a toujours été un produit de l’ignorance et la plupart des gens qui rejoignent les rangs des terroristes sont en marge de la société ».

Le caricaturiste souhaiterait voir des millions de Français se réunir pour leurs compatriotes Juifs et condamner les actes antisémites comme ils l’ont fait pour l’attaque sur le célèbre magazine.

« Le sang des Juifs assassinés crie tout autant que le sang de mes amis dessinateurs ».


« La France ne sera plus la même »

Il ajoute : « Je pense que les Français n’ont pas vraiment conscience du danger. Ils écoutent toutes sortes de rumeurs véhiculées par les médias. Les Français somnolaient jusqu’au moment de l’attentat, ils ne comprenaient pas ce qui se passait autour d’eux. Après l’attaque de Charlie Hebdo, tout a changé, la France ne sera plus la même. Il y a 25 ans, j’ai réalisé comme beaucoup de mes collègues, que les Européens et nous Français, pouvions mieux comprendre notre propre société, la France, l’Europe, et tous les immigrés musulmans, si nous comprenions Israël. Maintenant, après l’attaque, j’espère que beaucoup plus de gens s’en rendront compte… »


Avez-vous peur pour votre vie?

« Je n’ai jamais eu peur et même maintenant, après le massacre, je sens que rien ne m’empêchera de dessiner ce que je ressens. J’ai déjà reçu des dizaines de menaces de la part d’organisations extrémistes islamiques et pas seulement d’elles. Mais je préfère passer toute ma vie en danger que de vivre sans liberté d’expression. Evidemment, je préfère ne pas mourir, mais la liberté d’expression est plus importante pour moi que ma vie.


Le 7 janvier dernier, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo

Alors qu’il pensait à son prochain dessin et qu’il allait partir pour une rencontre avec le président de « Reporters sans frontières, le téléphone a sonné. Il s’est précipité pour allumer son poste de télévision et assister en direct à « l’apocalypse » qui se déroulait sous ses yeux : l’attaque de Charlie Hebdo.

« J’ai été choqué », se remémore-t-il. « C’était comme si le ciel était devenu noir. Je suis tombé sur le canapé alors qu’ils lisaient le nom des morts. Je les ai bien connus, j’ai même travaillé avec l’un d’eux sur une exposition pour la liberté d’expression, il y a quelques années. Impossible de décrire ce que j’ai ressenti à ce moment-là, je ne pouvais plus détacher mes yeux de l’écran, c’était très triste ».


Aller à Gaza

« Je voudrais aller à Gaza et répondre à la caricaturiste du Hamas, Umayya. Evidemment, je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle exprime et j’aimerais lui parler des différents points de vue qui se manifestent dans ces illustrations.

Je suis très heureux de ma visite. Les gens ne comprennent pas que la paix qui viendra dans quelques années est en cours de construction grâce aux artistes, illustrateurs, jeunes musiciens et autres ».


CAN COOLAMNEWS.COM

Première conférence sur les réfugies juifs du monde arabe


Le 23 Juin 2014, la Knesset a adopté une loi qui désigne le 30 Novembre comme Journée nationale annuelle de commémoration pour les 850 000 réfugiés juifs qui ont été déplacés des pays arabes et d’Iran au 20e siècle. Parmi eux, 300.000 debarquèrent en France.

Les Juifs vivaient en terres arabes depuis des milliers d’années et beaucoup de leurs communautés ont précédé l’avènement de l’Islam. Mais au 20e siècle, avec la montée du nationalisme arabe et le conflit en Palestine, les nouveaux régimes arabes ont commencé une campagne de violations massives des droits de leurs citoyens juifs. Les Etats arabes ont expropriés et dénaturé les propriétés de leurs Juifs indigènes, qui ont été expulsés, arrêtés, torturés et parmi lesquels beaucoup furent assassinés.

Les récits du départ des Juifs des pays arabes diffèrent dans le détail, selon leur pays d’origine et d’une famille à une autre, mais en substance leurs histoires sont similaires.

Le 30 Novembre, l’Etat d’Israël commémore désormais l’expulsion des Juifs des pays arabes.

A l’initiative conjointe de l’Ambassade d’Israël, du Centre Simon Wiesenthal et de l’association Mémoire Sepharade, pour la première fois en France, un événement majeur marquera cette commémoration autour d’une table ronde réunissant les meilleurs experts français sur le sujet et la projection d’un film de témoignages. Le public est convié à la Mairie du XVIIè arrondissement le mercredi 10 décembre à 18h30 précises.

Discours du Président de l’Etat d’Israël, Reuven Rivlin, lors d’une cérémonie à sa résidence marquant lapremière Journée de l’expulsion et de l’exode des Juifs des pays arabes et d’Iran – 30 Novembre 2014

 Nous nous sommes réunis aujourd’hui pour réparer une injustice historique, concernant près d’un million de Juifs, des immigrants en provenance de pays arabes et d’Iran, dont les histoires ont été reléguées aux marges de la narration sioniste. En effet, ceci intervient trop tard, sur une échelle trop petite, et sans impact sur la conscience du public. Cependant, il est important de chercher à corriger, sans que rien de tout cela ne soit sous-estimé. Il en va de la nature de la guérison de la conscience, qui a le pouvoir de dissoudre le résidu, de modifier l’avenir et d’établir une nouvelle conscience, qui illuminera le passé à la lumière de la justice historique. Au fil des ans, les réfugiés des communautés arabes ont estimé que la création de l’Etat elle-même, les avait relégués dans un coin d’ombre. L’établissement de l’Etat lui-même aurait brouillé la trace de leurs récits parmi les pages de l’histoire officielle. Comme si les immigrants en provenance des pays arabes n’avaient pas défilé fièrement le long des routes de « colonne de feu et de fumée » appartenant à l’histoire de notre peuple.

Les Juifs dans les pays arabes sont nés sionistes de Sion. Nul besoin de promouvoir cette idée au sein de leurs communautés ou de les convaincre de l’importance du retour du peuple à sa terre, de la mise en oeuvre d’un Etat ou de la construction du pays. Ils n’osaient pas concevoir le plan «Ouganda», après tout, l’Ouganda était pour eux un exil plutôt qu’un salut. L’amour de Sion était et reste dans leur sang. Ils s’en sont nourris comme du lait de leur mère, des versets de la prière et des histoires de leurs pères.

Bien avant l’annonce de la création de l’Etat mais surtout juste après, les Juifs des pays arabes et d’Iran se sont retrouvés emprisonnés dans leurs propres pays, soumis à des restrictions et au harcèlement, exposés sans protection aucune, à des massacres et au pillage – jusqu’aux émeutes de Tripoli à Eden. Beaucoup ont été expulsés. D’autres n’ont pu faire face au harcèlement et ont été forcés de quitter leur pays, laissant derrière eux toute l’histoire d’une vie, leurs souvenirs, les tombes de leurs parents, une langue, leur culture et leurs biens matériels.

Pendant des années, leurs voix n’ont pas été entendues et leur immense perte n’a pas été exprimée. Les horribles tragédies qui se sont produites à l’égard de notre peuple ont capté toute l’attention. Beaucoup d’immigrants ont été envoyés loin des lieux de pouvoir, pour relever les défis de la périphérie, à Dimona, Beit She’an ou Hatsor Haglilit. Ils étaient tenus de développer des villes à partir de rien, de traiter le sol du désert aride et de gérer, sur une base quotidienne, la protection des frontières de l’Etat d’Israël.

Ce n’était pas la méchanceté qui a conduit à leur exclusion de la direction du jeune Etat, mais cette exclusion a causé de la frustration et une souffrance légitime. Leurs voix ont été mises en sourdine, mais les mots étaient sans cesse sur leurs lèvres, même s’ils étaient exprimés dans un hébreu à fort accent persan ou en arabe, ce qui en Israël, était ressenti comme des langues ennemies et considéré comme une source de honte. Il a fallu du temps, trop longtemps, jusqu’à ce que les récits des immigrants juifs des pays arabes et d’Iran puissent trouver place au sein de la conscience de l’opinion publique israélienne. Et aujourd’hui, nous avons la chance d’entendre leur histoire d’une voix forte, fière et éloquente, de la bouche même de leurs fils et filles.

 Cette voix, cette histoire, doit être entendue au sein du système éducatif, dans les médias, dans les arts et dans toutes les institutions officielles du pays, car elle doit aussi se faire entendre sur la scène internationale afin de réparer cette injustice historique et de garantir des réparations financières.

 Jusqu’à ce jour, à Téhéran, Khaled, Bagdad, Sana’a et Tripoli, il y a encore des lieux interdits aux Juifs israéliens, même les trésors et autres biens culturels qui y ont été abandonnés ont été vandalisés et pillés, plus d’une fois par les régimes détestables. Aujourd’hui, cette journée de commémoration de l’expulsion et de l’exil des Juifs des pays arabes et d’Iran, est l’occasion de rendre justice à l’histoire. Avec un point de vue rafraîchi et pris en considération, qui n’ignore pas les problèmes du passé. Mais plus que cela, cette journée nous demande de nous souvenir et d’embrasser dans nos cœurs les trésors culturels créés dans ces communautés juives des pays arabes et d’Iran, et d’apprendre à reconnaître le rôle important qu’ils ont joué dans la création de l’avenir commun tissé ici aujourd’hui, tout au long de l’histoire de l’Etat d’Israël “.

 Déclaration du Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’occasion de la Journée de commémoration de l’expulsion et de l’exode forcé des Juifs des pays arabes et d’Iran – dimanche, 30 Novembre 2014

(Communiqué du conseiller du Premier ministre)

Aujourd’hui, pour la première fois, nous commémorons l’expulsion de centaines de milliers de Juifs des pays arabes et d’Iran dans les années qui ont suivi  la création de l’Etat d’Israël. Ce n’est pas par hasard que ce jour est marqué au lendemain du 29 Novembre. Les pays arabes, qui n’ont jamais accepté la déclaration des Nations Unies sur la création d’un Etat juif, ont contraint les Juifs vivant sur leurs territoires de quitter leurs maisons en laissant tous leurs biens derrière eux. Dans plusieurs cas, leurs départs étaient accompagnés de pogroms et de violences contre les Juifs. Nous avons agi – et nous continuerons à agir – de telle sorte que ni eux ni leurs revendications ne soient oubliés “.

Dans le film qui suit, Aharon Abudi, raconte l’histoire de son éducation en Irak et l’histoire de sa famille, à travers le pogrom Farhudpuis leur expulsion, leur intégration en Israël et toute une vie à reconstruire, à partir de ruines transformées en simple récit :

Ainsi, la communauté juive d’Irak a existé pendant plus de 2.500 ans et fut un centre culturel majeur du judaïsme, là où le Talmud de Babylone a été écrit et compilé. Cette ancienne communauté a été attaquée par le gouvernement irakien dans le sillage de la création d’Israël, elle a été expulsée -provoquant de nombreux morts- après avoir été agressée et leurs biens ou avoirs ayant été confisqués.

Une contre-propagande offensive

 

Edmond Richter

 

Dans mon dernier article "Etre une victime? Non, merci!", je m´en prenais aux fautes graves que nous commettons dans notre action de contre-propagande, la si mal-nommée "Hasbarah'".

J´expliquais que notre attitude victimaire renforçait nos adversaires et nous affaiblissait.

Aujourd’hui´hui je veux montrer ce que doit être une contre-propagande offensive et efficace.

 

Notre contre-propagande doit se diviser en trois catégories différentes:

1. La contre-propagande par persuasion (à usage interne)

Ici il s´agit de fournir à nous-mêmes, juifs et non-juifs partisans d´Israel, des arguments souvent mal connus (ou noyés dans une masse de documents ennuyeux) prouvant la légitimité d´Israel: Depuis la déclaration Balfour en 1917, la conférence de San Réno en 1922, la décision de l´ONU en 1947, les arguments de droit international ne manquent pas.

A cela s´ajoutent les récits de voyageurs, les déclarations d´hommes d´ État, les citations du Coran lui-même en faveur du droit des juifs à la terre Sainte (mais oui!, mais oui!...) etc...

 

Au lieu de longs textes fouillés et ennuyeux, faire un résumé clair, précis, percutant, avec références permettant au lecteur d´approfondir la matière et de vérifier les faits.

Chaque juif, chaque non-juif ami d´Israel doit pouvoir asséner à son interlocuteur trois minutes de faits fondamentaux et indiscutables ainsi que tenir prêt des liens internets conduisant à des textes de référence.

(Attention, dans ces textes de référence, évitez les arguments religieux du genre : "Dieu nous a promis la terre d´Israel il y a trois mille ans". Nos ennemis n´en ont rien à faire de cette promesse! Des faits, des faits et encore des faits!)

 

De plus nous devrions connaitre à fond les arguments de nos ennemis et organiser dans les communautés juives des cours de contre-propagande avec jeux de rôles où certains d´entre-nous joueraient les antisémites afin d´apprendre à les contrer.

 

2. La contre-propagande émotionnelle, à destination d´une masse énorme de citoyens français, européens, américains qui, étant donné le caractère lamentable de notre Hasbarah actuelle, penchent plus ou moins rapidement du coté de nos ennemis. Ce sont eux que nous devons gagner à notre cause!

 

Tout d´abord analysons les raisons de ce glissement vers nos ennemis.

La première raison en est simple et fondamentale à la fois:

 

Nos ennemis pratiquent la propagande émotionnelle (Photos truquées d´enfants ensanglantés, vidéos de mères hurlant de douleur, manipulation du langage: "colons", "colonies", "sionistes", "territoires occupés", "apartheid", "Gaza: Prison à ciel ouvert" etc...) tandis que nous faisons de la "Hasbarah"! "Hasbarah" vient de "Lehasbir": Expliquer. Nous expliquons, nous donnons des explications. Or s´il est un principe fondamental en Psychologie, c´est qu´entre l´explication et l´émotion c´est

l´émotion qui se gravera le plus profondément dans notre cerveau et donc qui supplantera l´explication, toujours !

 

De plus, nous nous efforçons de contrer cette propagande émotionnelle de nos adversaires par des explications qui ne font que renforcer ces derniers: "S´ils (les israéliens) éprouvent le besoin de s´expliquer, c´est donc qu´ils se sentent coupables: Il n´y a pas de fumée sans feu!"

La deuxième raison est notre attitude de victime, d´agneaux que l´on égorge. (N´expliquez jamais, ne vous plaignez jamais!)

Epluchez la presse on-line franco-italienne ainsi que les blogs et vous constaterez que j´ai raison: Nous clamons les crimes effroyables des Islamistes et ce faisant nous commettons la pire des fautes en propagande politique: Celle de dépeindre l´ennemi sous des couleurs terrifiantes, ce qui le renforce et inspire la terreur à nos alliés et aux neutres qui adoptent dès lors un profil bas.

Les socialistes allemands firent la même erreur en peignant un Hitler en boucher dégoulinant du sang de ses victimes...

Ils inspirèrent ainsi la terreur à leurs propres troupes et aux braves bourgeois qui se rangèrent du coté du plus fort... Eux-mêmes, les socialistes finirent dans les camps de concentration ....

 

Au lieu de cela, voici quelques exemples de contre-propagande émotionnelle franco-italienne:

 

- "Gaza:Prison à ciel ouvert" avec photos d´hôtels de luxe

- Photos d´enfants plein de sang circulant entre les moutons égorgés de l´Aid El Kebir

- Photos d´une mère musulmane infligeant des plaies sanglantes à ses enfants pour la fête de l´Aschoura

- Déclaration guerrière de Khaled Meshaal avec à coté "la France investit 200 Millions d´Euros à Gaza"

- Carte du Moyen-Orient où Israel apparait minuscule dans la masse des pays arabes.

- Déclaration d´un Imam islamiste disant que les femmes qui vont manifester Place Tarir veulent se faire violer (à envoyer à toutes les associations féministes...)

- etc...,etc..., etc...

 

3. La contre-propagande offensive destinée aux islamistes, aux palestiniens, à tous les antisémites notoires.

La règle d´or est "Never explain, never complain!"

Par contre il est recommandé 1) de les ridiculiser:

 

- Montrer des photos de Haniye, Mashaal ou Nasrallah avec une balle de Ping-pong rouge sur le nez ou avec un entonnoir sur la tête. Idem pour les DVD de leurs discours (avec en arrière- fond des éclats de rire...).

- Diffuser la séquence Video d´une danseuse du ventre qui se moque de Mohammed Morsi

- Le soldat de Tsahal provoqué par la petite blonde aurait du lui verser une bouteille d´eau minérale sur la tête.

- Diffuser leurs décisions ridicules: * des Burkas pour des fillettes de 2 ans

* interdiction de vendre des concombres (ils ressemblent à des pénis)

* la blague de la semaine: Des centaines d´Egyptiens manifestent pour reconquérir l´Andalousie.

 

2) de les attaquer (pour les actes qui choquent nos valeurs humaines)

- Pédophilie, mariages de masse entre des hommes vigoureux et des fillettes impubères

- Vidéos expliquant comment battre sa femme

  • Soutien aux femmes musulmanes qui se révoltent contre

  • l´oppression mâle musulmane

- Attaquer devant les tribunaux lorsqu´ils prient dans la rue

- Les traiter d´arriérés mentaux

- Soutien à Charlie Hebdo pour ses caricatures de Mohammed

- Déclarer que Mohammed était un pédophile (il épousa Aischa qui avait 6 ans, la déflora à 9 ans!)

 

3) de fêter nos triomphes: montrer notre force, notre joie de

vivre, nos succès !

- Comparer le nombre de prix Nobel juifs et arabes (par million d´habitants)

- Comparer le nombre d´illettrés juifs et arabes (par million d´habitants)

- Comparer le nombre de publications scientifiques juives et arabes (par million d´habitants)

- Diffuser les vidéos de Pat Cordell, celles de Wafa Sultan, les citations de Churchill

- Comparer le nombre très supérieur de guerres islamiques par rapport aux guerres faites par d´autres religions.

 

4) Mots et expressions à bannir radicalement de notre contre-propagande (à propos des palestiniens, des arabes, des musulmans)

 

- "cruels", "sauvages", barbares", "sanglants", "tyranniques", "de mauvaise foi", "perfides", "mensongers", « terribles »..."guerre impitoyable et cruelle contre l´Etat Hébreu"

 

On voudrait les flatter que l´on ne s´y prendrait pas autrement!

 

Ces mots et expressions sont à remplacer par:

 

- "arriérés mentaux", "pédophiles", "malades mentaux", "idiots", "crétins", "ignares", "incompétents", traitres à l´islam", "dégénérés", "imbéciles malheureux", "ridicules", "les pantins du Hamas"...." La guerre perdue d´avance du Hamas contre l´Etat Hébreu

 

En résumé : "Never explain, never complain" et "Attaquer, ridiculiser, triompher" proximité mobilisables très rapidement...

 

PROPOSITIONS CONCRETES :

 

1. Le But: Que voulons-nous atteindre?

- Que les musulmans nous comprennent?

- Que les occidentaux nous comprennent?

- Que tous nous aient en pitié?

 

Pour moi la réponse est: - Que nos ennemis soient affaiblis

- Que notre peuple soit renforcé.

 

2. Moyens matériels:

 

2.1 Une centrale moderne de contre-propagande avec tout le Hardware nécessaire.

2.2 Une Taskforce formée de psychologues, de sociologues, d´artistes créatifs, d´esprits non-conventionnels, d´experts en social médias...

2.3. Un Al Jazeera pro-Israélien

2.4 Un financement a) par l´Etat d´Israel

b) par les communautés israélites

c) par les juifs du monde comme nous le fîmes pour le KKL

2.5 Un réseau serré de relations avec tous les blogs, revues on-line, presse, radio, télévision...avec droits de reproduction et de diffusion illimités. Idem, un réseau de philosémites et de franco-italiens qui soutiennent nos valeurs et les diffusent.

2.6 Dans toutes les communautés juives auront lieu des cours de contre-propagande, des jeux de rôles, des cours de théâtre, des concours d´affiches émotionnelles, des CD´s, des DVD´s, des réunions, des trainings en Arts martiaux (Krav Maga), des trainings au Makel, des réseau

3. Stratégie:

 

3.1 Analyser les valeurs fondamentales en occident: Liberté d´expression, droits de l´homme et de la femme, tolérance religieuse, égalité devant la loi, respect des minorités

3.2 Montrer par tous les moyens émotionnels comment ces valeurs sont ignorées dans les pays arabes.

3.3 Montrer comment ces valeurs sont vécues en Israel, montrer l´apport d´Israël et des juifs dans le monde; Ceci non pas de manière ponctuelle mais de manière répétitive, cumulative et émotionnelle.

3.4 Créer des réseaux de diffusion rapide et massive dans la Presse on-line.(ne pas vouloir reproduire un article parce qu´il est déjà paru ailleurs n´est pas admissible. De même il faut encourager la participation des lecteurs à la rédaction d´articles).

 

Le temps est venu de nous ressaisir, d´abandonner notre mentalité de ghetto ( Benny Ganz) et de retrouver l´esprit et la combativité des Maccabim!

 

 

Peu importe, sur le plan du réel, l’inanité, les erreurs, les jugements péremptoires, ce qui compte c’est la puissance de l’émotion. Schmuel Trigano

 Allemagne : Un antisémitisme assumé

Derrière les déclarations de soutien à Israël de la chancelière allemande, Angela Merkel, se cache une réalité beaucoup plus sombre. 70 ans après avoir tenté d’effacer le Peuple Juif de la surface de la terre, l’Allemagne voit resurgir la Bête immonde. Celle qui l’a conduit vers l’abîme au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Une étude révèle que l’antisémitisme gagne du terrain sous couvert de délégitimation de l’État d’Israël.  

La visite éclair de la chancelière allemande, Angela Merkel, en Israël, intervient au moment où la Deutsche Bank allemande a choisi d’inclure la Banque Hapoalim israélienne dans « sa liste noire ».

 

La société externe chargée de trier les bons et les mauvais partenaires de la grande banque allemande a, ainsi, pris la décision de classer son homologue de l’État Hébreu dans la catégorie des méchants.

Raison évoquée : la Banque Hapoalim investit une partie de ses capitaux dans les localités juives de Judée-Samarie. Résultat, l’établissement financier israélien fait partie d’une liste de 16 entreprises exclues de « l’ETF ethique », nouveau produit financier mis en place par la Deustche Bank.

Cette affaire s’inscrit plus largement dans un climat de défiance des élites allemandes envers les Juifs et l’Etat d’Israël. Près de 70 ans après la Shoah et la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne flirterait-t-il avec ses vieux démons ?

Il est encore trop tôt pour répondre à cette question par l’affirmative, mais selon une étude menée par la professeur Monica Schwarz Prizel, on assiste à une montée du sentiment antisémite en Allemagne.

Cette linguiste de l’université de Berlin a épluché les mails et autres courriers envoyés à l’ambassade d’Israël de la capitale allemande sur la période 2002-2012.

Au terme de ces minutieuses recherches, Monica Schwarz Pilzer a recensé près de 14 000 mails et lettres à caractère antisémite envoyé à l’Ambassade et 2000 autres destinés aux représentations israéliennes, toujours basées en Europe.

Pour mener à terme ses travaux, la chercheuse s’est joint les services de l’historien américain, Yéhouda Reinhertz, ancien président de l’université du Massachusetts. Leur collaboration a permis de dresser un morphotype de l’antisémite allemand du XXIe siècle.

Ainsi, sur les 14 000 mails reçus par les services de l’ambassade, 60% proviennent de professeurs ou de personnes à haut niveau de qualification. 80 % des contenus des messages sont clairement anti-israélien.

Autre chiffre plus surprenant, 3% des lettres envoyées ont été écrites par des sympathisants de l’extrême-droite allemande. « Nous avons été surpris de constater que les messages ont été transmis par des personnes, entre guillemets, du mainstream, des professeurs, des avocats, des prêtres ou des étudiants » affirme la professeur.

Tous ces intellectuels reprennent les poncifs connus de la rhétorique anti-sioniste. Ils dénoncent, ainsi, dans leurs messages, la politique de « colonisation » israélienne en terre palestinienne et accusent, entre autres, « l’Etat d’Israël de voler la Terre des Palestiniens ».

Dans une des lettres, certains allemands n’hésitent pas à comparer les israéliens à « des nazis ». La chercheuse fait, justement, remarquer qu’au cours de l’Histoire, « l’antisémitisme ne prend pas racine dans la rue mais parmi les élites ».

Ainsi, selon cette étude, le profil de l’antisémite allemand correspondrait à un universitaire qui n’éprouverait aucune honte à exprimer publiquement ses idées révisionnistes et négationnistes.

Et Monica Schwarz Prizel de conclure, « l’antisémitisme est ancré dans la culture occidentale depuis 2 000 ans. Les chrétiens vivent toujours avec cette idée inconsciente que les juifs ont tué Jésus.

On note ces dernières années une résurgence du sentiment anti-juif au travers de la délégitimation de l’État d’Israël, si bien que le problème juif est aussi devenu le problème israélien ».

Source (Haaretz)

 

Association à but destructif

Le marteau la faucille et le croissant

S. Adato

 

Quel média a commenté le fait qu’Abbas est allé rencontrer Poutine?

Quel politicien a expliqué la signification de ce voyage ? serait-ce les Etats européens obnubilés par les pétrodollars ou Obama obsédé par le désir de plaire à l’Iran à la Chine et à l’islam.

Ni les uns ni les autres ne voudront admettrent qu’ils ont échoué avec leurs ‘accords cadre‘ ils ne reconnaîtront jamais avoir été floué par un individu qui n’a jamais eu l’intention de reconnaître l’Etat d’Israël comme un” État Nation Juif ” et donc par voie de conséquence ne pas accepter de signer un accord de paix.

Après les discours enflammés d’Abbas, des centaines de Palestiniens se sont rassemblés au centre de Ramallah à l'appel du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), une des composantes de l'OLP, pour protester contre le plan de Kerry. Abbas a appelé à un " million de martyrs afin de marcher sur Jérusalem. " La police a du se déployer pour éviter que les manifestants n'atteignent le quartier général de la présidence palestinienne.

Azzam el-Ahmad, un officiel du parti du Fatah d'Abbas, a exclu que les Palestiniens acceptent l'accord cadre, qui propose un accord élargi entre Israël et les Palestiniens à l'avenir.

Ce voyage chez Poutine est un tournant important voire décisif, il signifie qu’Abbas va dorénavant se tourner vers l’ONU, appuyé par la Russie afin de décrocher une reconnaissance internationale sans passer par des négociations avec Israël.

Il va se désengager du processus de paix pour régler à sa manière la non reconnaissance de l’Etat d’Israël. Cette fourberie est en quelque sorte une Intifada diplomatique qui lui permet, pense-t-il, de sortir du plan de Kerry.

Déjà un haut responsable palestinien a déclaré à Israël Hayom" qu'avant de rencontrer Kerry, Abbas a déclaré au roi de Jordanie Abdallah II qu'il a l'intention de rejeter la plupart des points suggérés dans la proposition américaine.

C’est un gigantesque pied-de-nez, un véritable camouflet, une incontestable humiliation que vient d’administrer Poutine à Obama.

En effet, avec une préparation sûrement très méticuleuse et dans le secret le plus absolu il reçoit Abbas en catimini. Poutine vient de démontrer à l’Amérique d’Obama qu’il a plusieurs longueurs d’avance sur les trois questions du Moyen-Orient à savoir : le programme nucléaire de l’Iran, le conflit civil syriens et la candidature d’indépendance palestinienne à l’ONU. Le discours d’abbas et plein d’enseignement : "Nous sommes heureux que la Russie joue un rôle actif et influent sur la scène internationale (…). Nous souhaitons que la Russie tienne un rôle central au Proche-Orient, car vous êtes une grande puissance et membre du Quartette international pour le règlement proche-oriental. Vous êtes pour nous un État ami, et vous avez vos intérêts nationaux dans la région", a t-il conclu.

Réunion qui surprend tout le monde surtout lorsque Abbas déclare "Nous avons assuré au président (russe) que le chemin de la paix passe par des négociations avec Israël et nous continuons à souligner la nécessité pour M. Poutine d'organiser une conférence de paix internationale à Moscou".

La médiation américaine vient de disparaître !

Poutine vient une fois de plus d’imposer sa présence dans la région et la cerise sur le gâteau est le marché que vient de signer Poutine et Abbas sur l’exploitation de gaz et de pétrole. Marché qui pourrait dans l’avenir être une autre source de conflit, dont cette fois-ci Moscou serait directement impliqué.

Nabil Shaath, OLP, se réjouit il faut « mettre un terme au monopole américain, comme faiseur de paix, alors que Washington a largement démontré qu’il était incapable d’imposer des accords avec Israël ». Il faut bien convenir que ce désastre diplomatique est dû à la lamentable politique de Hussein Obama qui n’a eu de cesse de fustiger la politique israélienne.

Il faudra bien que Kerry et l’Union Européenne fassent leur mea-culpa sur cette faillite, leur incompétence et leur parti pris ont miné dés le début ces négociations, eux qui brandissent le boycott comme arme de dissuasions.

Mais peut-être ont-ils des réminiscence ? Il me souvient; il n’y a que soixante ans que sur les vitres des boutiques juives était inscrit:

    

        Achtung   juden.

 

 

 

“Les Habits Neufs de L’antisémitisme en Europe”

 

Un point de non-retour est en passe d'être franchi car, estime Shmuel Trigano en introduction, « un processus rampant de marginalisation des Juifs est potentiellement possible ». Et le philosophe de proposer un exemple terrifiant emprunté à l'Antiquité : « Les Juifs pourraient bien remplir encore aujourd'hui dans la civilisation contemporaine le rôle que le pharmakos remplissait dans la Grèce antique. Le pharmakos, un homme, parfois un couple, était entretenu et honoré par la Cité durant un an pour être ensuite battu et chassé, parfois tué, lors d'une cérémonie rituelle qui expurgeait ainsi la Cité de ses péchés et de son impureté. »

Certes, la situation n'est pas la même dans la vingtaine de pays étudiés. Elle est incontestablement beaucoup plus grave en France et en Belgique où de fortes communautés musulmanes sont implantées et où les actes de violence physique, les injures et les déprédations se comptent par centaines. Pour ce qui est de l'Italie, Sergio I. Minerbi limite son propos à un examen des ouvrages de Sergio Romano, Alberto Asor Rosa et Barbara Spinelli, tous trois représentatifs de l'esprit antisémite qui baigne désormais la péninsule. En Espagne, malgré l'exception que constitue le prix Nobel de littérature Camilo José Cela, un des rares amis d'Israël, et bien que la communauté juive ait adopté un profil bas, des relents de 1492 remontent à la surface. En Allemagne où l'on aurait pu légitimement penser que plus jamais cela n'arriverait, Gilad Margalit note que « les médias permettent aux antisémites de s'exprimer librement ». Ce qui explique les dérives antijuives répétées. En Autriche, le refoulement du souvenir du comportement des institutions et du peuple aux heures sombres du nazisme se traduit par un antisémitisme larvé car « les Autrichiens d'aujourd'hui n'éprouvent aucun sentiment de honte pour ce que leur pays a fait subir aux Juifs ».

Autre pays décevant, la Hollande, dont la réputation de modération supposée était trompeuse. Pour Manfred Gerstenfeld, ce pays où « le gouvernement n'a pas reconnu à ce jour le rôle des autorités hollandaises dans la préparation du massacre des Juifs hollandais par les Allemands » et où, à 74%, les Hollandais ont eu le pourcentage le plus élevé des pays qui, lors du sondage Eurobaromètre de novembre 2003, ont considéré Israël comme un danger pour la paix du monde, est une terre d'hypocrisie. Le mythe du bon Hollandais, fondé sur l'histoire d'Anne Frank, est désormais caduc.

Au Danemark, où vivent près de 200 000 Musulmans, les Socialistes de gauche (VS), ont conclu depuis 1978, un accord de coopération avec le FPLP. Tout un symbole. Quant au journal Politiken, il se déchaîne à longueur de colonnes contre Israël et les Juifs. La Suède, où opère le fameux Ahmed Rami, de Radio Islam, n'est pas en reste. L'ambiance générale peut être résumée par un article stupéfiant de Katarina Mazetti dans Ordfront Magasin où l'on peut lire « Il est peut-être temps d'arrêter de faire des efforts pour envoyer nos jeunes suédois à Auschwitz pour qu'ils apprennent les conséquences du racisme et du nettoyage ethnique. Peut-être devrions-nous plutôt les inviter à se rendre, à l'occasion de Noël, à Bethléem, pour qu'ils puissent voir ce que les petits-enfants des victimes d'Auschwitz font quand ils se consacrent au nettoyage ethnique ». En Grande-Bretagne, les actes antisémites relèvent plutôt, nous disent Paul Iganski et Barry Kosmin, du divertissement de hooligans que du fanatisme. Voire du sport ! En attendant ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

Même la pacifique Suisse est désormais atteinte par le virus. Conjugués avec un antiaméricanisme intense, « les sentiments anti-israéliens qui sévissent dans toutes les strates de la société suisse ne sont presque plus accessibles à un quelconque raisonnement rationnel ». Là aussi, c'est le délire collectif qui prévaut.

En Hongrie, où la responsabilité non admise et non assumée du pays à la catastrophe de la Shoah pèse toujours sur le mental de la société, l'orage gronde et la communauté fait le gros dos. En Pologne où les Juifs ont quasiment disparu, les brochures antisémites sont en vente libre dans les kiosques, les librairies, les aéroports, les gares et les églises. « On peut remarquer ironiquement, disent Sergiusz Kowalski et Magdalena Tulli, qu'est ainsi devenu possible non seulement un antisémitisme sans Juifs, mais aussi un antisémitisme sans antisémites ».

En Grèce, Andrew Apostolou décrit un antisémitisme primaire et vulgaire tandis qu'en Russie comme en Ukraine, où Les Protocoles des Sages de Sion sont proposés à la vente dans les boutiques des églises, l'augmentation des violences contre les Juifs est évidente.

Un travail édifiant qu'il faut absolument découvrir dans le détail.

 

 

http://jcpa-lecape.org/wp-content/uploads/2012/08/Collection-Dissidence.pdf 

Ne leur tournez pas le dos !

S Adato

 

Bien sûr, le titre est largement exagéré, Obama n'a t-il pas assuré à plusieurs reprises qu'il était un ami d'Israël alors pourquoi s'inquiéter ? Obama a toujours fait le contraire de ses déclarations,

Obama est un spécialiste des mauvais tours à l'encontre de ses alliés, l'on s'en aperçoit avec les coups-bas portés à Israël et à l'Arabie Saoudite.

Les services secrets israéliens qui ont toujours fourni des renseignements à L'administration américaine, dans lesquels ils ont largement puisé, ne trouvent plus grâce aux yeux d'Obama.

Et donc l'irresponsable Obama qui a déjà mis l'Amérique dans l'escarcelle des islamistes, fait savoir que l'expertise faite par Israël sur l'accélération de l'enrichissement de l'uranium en vue de fabriquer une bombe nucléaire était disproportionnée et défaitiste.

sur l'accélération de l'enrichissement de l'uranium en vue de fabriquer une bombe nucléaire était disproportionnée et défaitiste.

Ne craignant pas le ridicule, la conseillère S Rice a même assurée« Certains des rapports ont été franchement trompeurs ».

Mais qui est le trompeur, n'est-ce pas celui qui négociait en secret avec l'Iran s'en en avertir ses alliés, les 5+1 ?

Il a fallu que ce soit la France et les Britanniques qui transmettent l'information à Israël et à l'Arabie Saoudite, la fiabilité des USA est désormais aux abonnés absents.

Il était à prévoir qu'après sa réélection Obama ferait tout ce qui est en son pouvoir pour discréditer Israël et lui imposer son diktat et tenter de mettreNetanyahuen échec.

L'amitié d'Obama envers Israël n'a pas de limite, c'est pourquoi il tient toujours en otageJonathan Pollarden prison depuis 28 ans, ce mois-ci, il commence sa 29ieme année d'incarcération, lui qui sans vergogne a espionné tous ces alliés y compris la France.

 

Quant à Hollande, il s'est avéré être le même type d'ami que Sarkosi, dés son arrivée, Hollande a déclaré en hébreu: "Je suis ami d'Israël et je le resterai toujours" et en français : "La France ne cédera pas sur la prolifération nucléaire et, pour la France, tant que nous n'aurons pas la certitude que l'Iran a renoncé à l'arme nucléaire, nous maintiendrons toutes nos exigences et les sanctions". Petite phrase qui laisse déjà présager qu’un accord est déjà pratiquement sur la table, il nous reste à attendre le retour d’Hollande en France pour que l’on apprennent” la grande avancée des pourparlers  !“

De suite après le naturel revenant au galop, Hollande s'est mis à élucubrer qualifiant Israël de "colonisateur", affirmation scandaleuse, il doit confondre la France avec ses anciennes colonies !

Il est fort probable que l'on n'enseigne pas l'Histoire à l'E N A, sinon il aurait appris qu'à la suite de la Re-création de l'Etat d'Israël ce sont les pays arabes qui ont sauvagement attaqué le petit Etat; suite à la défaite des pays arabes, il y a eu un en 1949, un accord, toujours valable jusqu'à ce jour, d'armistice, et non un accord sur les frontières.

Hollande, l'Ami, propage le mensonge arabe devenu par la grâce des politiciens, vérité.

Continuant à ignorer les faits historiques, il parle ensuite de Jérusalem comme capitale pour deux nations.

Il faudrait aussi qu'il nous explique l'origine de la Nation palestinienne, d'où vient-elle, qui est-t-elle? Et Quelle est l'entité qui l'a créé ?

L'imposture semble être aujourd'hui une théorie scientifique. Mais pour Hollande; c'est « unedémarche faite de loyauté et en même temps de compréhension » à l'égard d'Israël. Il s'est avéré nécéssaire queNetanyahului rappelle qu'il ne laissera à personne le soin d'assurer la sécurité d'Israël.

Peu reluisant dans son costume de chef d'Etat impopulaire, Hollande, avait besoin d'être quelque peu réconforté, d'être applaudi, alors se faisantdithyrambique,à l'endroit d'Israël, il donne un brillant discours àla Knesset accordant le titre de start-up à Israël pour son« dynamisme exceptionnel d’Israël, par cette économie vivante ,allant jusqu'à reconnaître que « La France sait ce qu’elle doit aux Juifs de France,en matière scientifique, culturelle, intellectuelle, économique.La France sait ce qu’elle doit aussi à Israël,»

Il a aussi assuré que la lutte contre l'antisémitisme était une priorité, dont acte.

Mais hollande était aussi venu aussi pour faire son marché il a proposé « une coopération technique et culturelle », et une augmentation des échanges avec Israël.

C'est sûrement avec les royalties de ces échanges que Hollande offrira pour 2013, 9 millions d'euros à Abbas !

Mon D... protège moi de mes amis, moi je me protège de mes ennemis.

 22.11.2013

 

ONU : un terroriste sanguinaire palestinien élu vice-Pdt de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme

 Aschkel

 

Des terroristes de Gaza et de Ramallah responsables des droits de l’homme, on arrête pas le délire !

 

Shawan Rathab Abdallah Jabarin est né dans le village de Sayeir, dans la région de Hébron, en 1960. Avocat de formation, il a commencé son activité au sein d’Al-Haq en 2006 et en est ensuite devenu le directeur général. Il a été actif au sein du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), l’organisation terroriste fondée par George Habache qui a été impliquée dans le terrorisme international, y compris dans des détournements d’avions et des attentats. Durant ses études à l’Université de Beir Zeit, il était membre du groupuscule estudiantin du FPLP. Il a ensuite été impliqué dans le recrutement d’activistes pour des formations militaroterroristes à l’extérieur Israël et a été incarcéré pour cette raison pendant neuf mois en Israël.

En Février 2011, Jabarin a été élu membre de l’organisme qui conseille Human Right Watch (l’Observatoire des droits de l’homme). Il était également membre du conseil d’administration de l’Union des comités de santé (Union of Health Committees), une organisation non gouvernementale qui fournit des services médicaux en Judée-Samarie et à Gaza et œuvre à la création de centres médicaux

En 2009, Shawan Jabarin a été interdit de se rendre aux Pays-Bas pour recevoir un prix remis aux personnes ou institutions qui luttent pour la démocratie et contre la discrimination, le racisme et la tyrannie. Jabarin a saisi la Cour suprême à quatre reprises mais toutes ses requêtes ont été rejetées pour des raisons de sécurité.

 

La Cour suprême avait alors fait l’objet d’une attaque de propagande anti-israélienne de la part de nombreuses organisations des droits de l’homme. En Février 2012, l’interdiction a été temporairement levée et Jabarin a été autorisé à se rendre à Genève pour assister à une réunion spéciale de l’ONU.

 

http://www.israel-flash.com

 

Plus jamais ça, et pourtant… le lycée français de Jérusalem


Comment peut-on accepter aujourd’hui, en Israël, dans un lycée français de Jérusalem, qu’un proviseur, nommé par la France – Stéphane Le Tortorec -, sous l’autorité du Consul de France à Jérusalem – Fréderic Desagneaux – ordonne à son personnel et donc à ses élèves de ne pas respecter la minute de recueillement à la mémoire des disparus de la Shoah ?

Cela s’est passé dans l’intimité du secret de ce lycée, et sans les informations rapportées par Jonathan Simon Sellem et Jean-Patrick Grumberg, personne ne l’aurait su !

Et je suppose que cela s’est déjà passé les années précédentes…

Donc le scandale, l’ignoble, a été démasqué par deux personnes à qui je veux adresser les remerciements des 150 000 Français qui vivent en Israël, en dehors de toute autre considération.

Sans la perspicacité de Jonathan-Simon Sellem et de Jean-Patrick Grumberg, qui ont dénoncé cette ignominie digne de la France de Vichy, qui aurait appris que dans le lycée français de Jérusalem, des élèves peuvent impunément faire le salut nazi pendant la minute de silence qu’Israël respecte pour commémorer le souvenir des 6 millions de juifs morts dans les camps ?

A quoi aura servi le sacrifice de ces vies emportées par la barbarie et la collaboration de la France, et de toute l’Europe, si personne ne dénonce avec force les comportements antisémites et négationnistes.

Nos remerciements vont également à l’UFE et à son président, le docteur Robert Feldmann, qui a réagit au scoop révélé par Jonathan-Simon Sellem et Jean-Patrick Grumberg.


© Les150000francaisenisrael@gmail.com


ndrl ; Il est incompréhensible que l’on accepte sur la terre d’Israël des individus comme le consul français à Jérusalem  Fréderic Desagneaux qui n’est pas à son coup d’essai sur la propagande anti israélienne.

L’homme qui a berné quatre millions de lecteurs.

 

Nous sommes outrés de l’hommage national qui a été fait aux invalides à un  mystificateur, qui a berné 4 millions de ses lecteurs.

Outrés car le président hollande a affirmé que c’était-la un hommage national, or il y a encore D... merci des millions de français qui ne lui accordent aucun hommage.

Imposteur il fût, car il a affirmé qu’il était juif, il n’en est rien, ce sont ses arrières grand-parents qui le furent, quant à ses parents ils étaient protestants. Il pensait, l’imposteur, que ça lui donnerait une crédibilité plus importante, il se déclarait Juif, car déporté à Buchenwald, ça lui ouvrait certaines portes. Mais il oubliait de préciser que c’était en temps que prisonnier politique et non en temps que juif.

Imposteur il fût, car il n’a jamais participé à la rédaction de la charte des droits de l’homme, Il était, seulement, dans le bâtiment! 

Imposteur il fût, car il n’a jamais pris part à un combat, “ Il est vrai que la majeure partie de la guerre, il l’avait passée à Londres dans les services du BCRA (le Bureau central de Renseignements et d’Action). Alors qu’il n’était en France que depuis 3 mois, il fut arrêté en juillet 1944, juste avant le débarquement. Il fut ensuite déporté à Buchenwald, où il bénéficia de conditions privilégiées liées à son statut de Prominent (interprète, apprécié de sa hiérarchie). Résistant, Hessel le fut en effet, mais il ne s’est pas battu dans le maquis, il ne fut pas un héros, il ne fut pas Jean Moulin. Stéphane Hessel ne fit pas partie des 1036 Compagnons de la Libération”. Le Causeur”.

Au cours d’un entretien à Olitis il dit enfin  « L’autre erreur est de m’accorder le rôle de co-rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. » le pépé sénile botte en touche!

Dans un article du centre d’actualité de l’ONU, il avouait lui-même ne pas avoir posé un seul mot, il n’était juste qu’un observateur, un figurant. Voici ce qu’il raconte aux journalistes de l’ONU :

« Au cours des trois années, 1946, 1947, 1948, il y a eu une série de réunions, certaines faciles et d’autres plus difficiles. J’assistais aux séances et j’écoutais ce qu’on disait, mais je n’ai pas rédigé la Déclaration. J’ai été témoin de cette période exceptionnelle »

Sur le site internet de l’O N U on peut lire :

« La Commission des droits de l’homme comprenait 18 membres de divers horizons politiques, culturels et religieux. Eleanor Roosevelt,  la veuve du Président américain Franklin D. Roosevelt, présida le comité de rédaction de la DUDH. A ses côtés se trouvaient le Français René Cassin, qui écrivit le premier texte de la Déclaration, le Rapporteur du comité, le Libanais Charles Malik, le Vice-Président Peng Chung Chang de la Chine, et John Humphrey du Canada, Directeur de la Division des droits de l’homme des Nations Unies, qui prépara le premier plan de la Déclaration. »

relevant d’une malhonnêteté intellectuelle déplorable, Hessel cet ignoble vieux gâteux dans une interview donnée au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung le 21 janvier 2011, déclarait :

« J’affirme ceci : l’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’oeuvres d’art. Tout cela était terrible. Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistant le travail si difficile. »

Qui était ce sénile individu, qui vient enfin de disparaître, un indigné de la présence d’Israël sur terre, grand défenseur des droits de l’homme qui l’était pour tout ce qui n’est pas Israélien, ce ne sont que des juifs !

En effet, ce haut diplomate, gâteux, condamnait vivement le comportement d’Israël à Gaza. Il était allé à Gaza, il avait vu, et donc il a témoigné, il avait vu des milliers d’enfants bombardés. 

Et d’insister en tant que témoin bien sur ! “ d'ailleurs il n’y avait pas de terroristes, il n’y a que des civils à Gaza - des militants peut-être !  

Ne craignant pas de s’ingérer dans les affaires intérieures d’un État, il déclare le 13 janvier : ” un an après la constitution du gouvernement israélien le plus xénophobe de son histoire, un an après l’élection de Barack Obama, trois jours après la prise de fonction du nouveau gouvernement de l’Union Européenne, il est temps que la France précise sa position sur l’avenir du conflit.” Et prenant à témoin Mme Delphine Mathieussent correspondante de Libération “ ce qui explique tout “ il déclarait “qu’il serait tout simplement honteux de laisser sans réaction les injures et les obstacles, signalés dans Libération du 20 décembre par Delphine Mathieussent, opposés à notre présence diplomatique et culturelle à Gaza”.

“ Il serait lâche de ne pas dénoncer vivement l’enfermement arbitraire de 1,5 million de Palestiniens qui sont entassés dans la bande de Gaza, les crimes de guerre dénoncés par le rapport Goldstone, la poursuite de la colonisation et de l’occupation militaire de la Cisjordanie et de la judaïsation de Jérusalem-Est”.

“ La France se doit, vous le savez, d’être le premier défenseur du droit international, du respect des conventions concernant le droit humanitaire, le droit des enfants, les détentions arbitraires, la torture, toutes violées par Israël “.

“ Elle est la dernière à pouvoir accepter l’impunité dont jouit cet Etat et qui l’incite à méconnaître que sa véritable sécurité ne sera assurée que lorsqu’il occupera au sein du Proche-Orient, la place que lui assignent les résolutions des Nations unies et que sont prêts à lui reconnaître les Etats arabes “.

“ Ne manquent ni les arguments, ni les moyens diplomatiques, commerciaux et, s’il le faut, militaires pour que l’Europe, interpellée par la France fasse son devoir “.

Voilà ce qu’était le diplomate, va-t'en-guerre,  grand amateur des droits de l’homme souhaite, non pas la paix mais que les armes, y compris celles Françaises, fassent coucher Israël pour le plus grand plaisir des antisionnistes de tout poil. 

Ce violent diplomate, retraité à l’incompétence gravissime, mais très peu diplômate, trouvait grâce aux yeux d'une presse de gauche qui voyait là un moyen facile d'engranger  des royalties, Israël  les Juifs se vendent  bien.

 

“ Jacques Chirac a rendu les hommages à un terroriste, zobi Arafat, Hollande n’avait qu’un imposteur sous la main. Ce qui fait dire,très justement, à Dreuz Stéphane Hessel, un petit homme de rien célébré par un gouvernement de pas grand chose

Mr le Président Hollande à quand un hommage pour Ahmadinejad ou Nasrallah

 

   URGENT

INCROYABLE    A REVOIR

Alyaexpress-News - Les dernières nouvelles en Israel

Que fera l’Uruguay de l’aigle nazi géant récupéré de la mer et pesant plus de 360 kilos ? (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

HYPOCRISIE ISLAMISTE | Le Hezbollah dit que le terroriste de Barcelone a « ternit le djihad » (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

L’Autorité palestinienne veut l’engagement pour deux États de l’administration Trump d’ici la fin août (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

Vidéo des clients Juifs confinés dans l’un des restaurants casher à Barcelone apres l’attentat (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

Liberman apres le double attentat à Barcelone | « Il faut combattre le terrorisme mais aussi ceux qui incitent et financent  » ! (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

Un touriste israélien à Barcelone :  » Nous avions peur de parler l’hébreu dans la rue «  (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

🔴 Deux Israéliens n’ont pas encore pris contact avec leur famille et le Consulat (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

Les dernières informations concernant la seconde attaque terroriste à Cambrils (Espagne) (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

La Grande synagogue de Barcelone et les institutions juives sous haute protection après l’atrocité terroriste dans cette ville (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite

L’un des terroristes de Barcelone, Driss Oukabir avait posté une vidéo antisémite, alléguant un complot antisémite juif mondial pour conquérir le monde (ven., 18 août 2017)
>> Lire la suite